Il etait une fois Port Grimaud


Il était une fois PORT GRIMAUD...
Le début des travaux, 1ère tranche :
          "En dessinant Port-Grimaud, je voulais retrouver certaines constantes d'échelle, cette permanence de l'architecture vernaculaire que j'avais admirée lors de mes voyages en Grèce. Je voulais aussi affirmer sans ambiguïté que la référence aux architectures traditionnelles et régionales peut aboutir à une création et non à un pastiche..."  F. SPOERRY.

      La première tranche:

      Grand'Rue, le long de la plage, et la place du 14 Juin.
Les travaux débutèrent en Juin 1966 et durèrent jusqu'en 1968.

Cette tranche se composait de:
- 75 maisons en bordure de canal
- 40 appartements.
Ils furent livrés en Juillet et Août 1967. Puis s'ajoutèrent:
- 130 appartements et studios sur la plage,
- 30 locaux commerciaux sous arcades et sur la place des 6 Canons (nom donné à cause de la fontaine avec ces 6 petits fûts de canons par lesquels s'écoule l'eau).
Ils furent achevés au printemps 1968.

      L'Hôtel GIRAGLIA quant à lui ouvrit en Juillet 68, les travaux ayant débuté à l'automne 67.

14juin
La place du 14 juin le 29/03/67

giraglia
Début des travaux du 'Giraglia' le 05/10/67

giraglia
Le chantier du 'Giraglia' le 05/11/67

Giraglia
Le chantier du 'Giraglia' le 05/04/68

Giraglia
Le chantier du 'Giraglia' le 05/05/68


Grand Rue
Vue du chantier de la Grand'Rue en octobre 66

Grand Rue
Vue du chantier prise le 28/02/67

Grand Rue
Vue du chantier prise le 29/03/67


      La première grande maison de couleur rouge qui débutait le coté droit de la Grand'Rue, avec son grand jardin coté rue, son quai de 8m de long, servit pendant plusieurs mois de 'maison-témoin'.

      Ses premiers propriétaires, arrivant des Antilles, furent les parents du chanteur populaire 'Philippe LAVIL', Mme et M.Durand de la Villejegu du Fresnay.
Pour l'occasion une petite fête improvisée fut animée par le chanteur lui-même.




inondation à port grimaud

      Nouvelle inondation en octobre 67, de très fortes précipitations firent déborder la Giscle dont l'estuaire avait été bouché pour pouvoir alimenter en eau le premier canal de la cité lacustre naissante.
      Très vite le niveau monta inondant les quais en construction.
      Il s'en suivit une grosse panique pour l'architecte et ses collaborateurs qui durent ouvrir, en pleine nuit et en prenant des risques insensés, à l'aide de pioches et de pelles sous la faible lumière des phares de voitures, une brèche suffisamment importante pour éviter le pire!...


Giraglia
L'hôtel fini en été 68
esquisse du Giraglia, Port Grimaud
Première esquisse de l'hotel pas très éloignée du résultat final...
barre port grimaud

M. BRUCKMAN, collaborateur de François SPOERRY, dut ouvrir, à la demande de ce dernier qui voulait fêter comme il se doit la livraison des premières maisons, un restaurant dans un local tout neuf.
Et le premier repas, alsacien oblige, fut une grosse choucroute !

barre port grimaud
carte postale
Carte postale du Giraglia (1968)
carte postale
La piscine du Giraglia en carte postale (1968)
barre port grimaud

Anecdote:

Pour le 1er avril 1968, les ouvriers du chantier voulant faire une 'grosse' farce, avaient hissé l'Austin Mini de Mme LAMBERT, nouvelle directrice du 'Giraglia' sur le toit de l'hôtel...

giraglia port grimaud

barre port grimaud


Grand rue
Le début de la Grand'rue puis de l'ilôt qui deviendra l'Octogone, en avril 1967.
barre port grimaud

             1ere carte postale      
Carte postale prise de la place des 6 Canons sur laquelle des peintres exposaient...
      
barre port grimaud
Rumeur barque

      L'épopée de PORT GRIMAUD, cité lacustre que l'on construisait sur terre, fit l'objet de nombreux articles dans la presse locale.
      On en trouvait parfois de pseudo-visionnaire même si le résultat final fut tout autre.

      Si l'idée de petites barques électriques était louable, leur destination fut tout autre: On pouvait les croiser sur les canaux mais elles n'étaient louées qu'aux touristes voulant découvrir la cité lacustre naissante d'une façon originale...

barques

      De nos jours, les barques se sont modernisées... Mais elles font toujours le bonheur des touristes.
barre port grimaud

Grand'Rue port grimaud
Carte postale: vue aérienne de la Grand'Rue finie.

      Au tout début, on le voit bien sur cette photo, les jardinets étaient ouverts sur la rue... Mais avec l'afflux de touristes pas toujours respectueux qui parfois pénétraient sur ces jardinets pour prendre des photos, ou jetaient papiers ou bouteilles vides, laissaient leur chien faire leur besoin n'importe ou, la grande majorité des nouveaux propriétaires clôturèrent leur jardinet avec des palissades de bois. L'esthétique de la rue y perdit en beauté et les propriétaires y gagnèrent en tranquillité...

Pour la petite histoire:

      Depuis les débuts de la cité lacustre, on essaie en vain de trouver des mesures efficaces afin de protéger l'intimité nécessaire de chaque copropriétaire face à une invasion estivale de visiteurs, sans gêner la prospérité des commerces locaux.
      Déjà le 10 Avril 1971, alors même que l'hôtel du Port n'était pas encore ouvert, que l'Église en était aux fondations, que la cité était toujours en chantier, une réunion d'information des copropriétaires s'était tenue à la Maison Commune au cours de laquelle était reconnu " comme fondamental pour l'avenir de PORT GRIMAUD, que soient prises toutes mesures nécessaires afin de protéger le caractère de zone résidentielle d'agrément où la recherche du calme, d'un certain style de vie de bonne compagnie, et le respect de valeurs esthétiques seraient admis par chacun comme principe de la vie commune." Et l'on évoqua, déjà à l'époque, que soit interdit les groupes organisés "tels que groupes de touristes en autocar" ou colonies de vacances " au moins pendant les périodes de haute saison ou de vacances où la plupart des propriétaires sont présents"...


      Mieux encore, on envisagea, afin de filtrer les personnes entrant à Port Grimaud par les vigiles, outre une tenue correcte exigée, que tous les résidents puissent " présenter un petit insigne très discret, de métal émaillé à porter en breloque, en bague, en bouton ou en broche"...
      Autre proposition, très surprenante à cette époque, puisque la plaisance n'en était qu'à ses balbutiements, "Tous les bateaux supérieurs à 10m, devront s'arrêter à la Capitainerie"...

      Ainsi depuis les débuts de la cité lacustre à nos jours, les même problèmes de voisinage entre touristes et propriétaires restent toujours d'actualité pour certains résidents qui voudraient fermer Port Grimaud aux visiteurs, et les mêmes propositions refont surface de façon récurrentes...
      Mais l'architecte a conçu PORT GRIMAUD comme un village avec administrations (Poste, annexe Mairie), Eglise oecuménique et commerces de proximité qui ne pourraient vivre sans l'apport de visiteurs...
barre port grimaud
  L'OEUVRE de François SPOERRY...





© Yves Lhermitte 2017   Reproduction interdite sans autorisation...